Arrêtons de dire que l'islam est une religion !

Ff6 4 bandeau2

 

Nous vivons décidément le règne de la confusion des esprits ; il est donné d’entendre vraiment tout et son contraire, et même n’importe quoi à propos de tout et de rien, sans d’ailleurs jamais argumenter. C’est le cas pour l’islam. Il devient de plus en plus difficile d’entendre dire que l’islam est une religion, une religion de paix, d’amour, de tolérance, alors que l’islam est tout le contraire… Une religion se définit selon ces critères, certes, mais au sens vrai des mots paix, amour, tolérance et non au sens de leur contraire (inversion sémantique) : violence, haine, intolérance.  

Cela devient d’autant plus difficile à entendre, rabâché en permanence, que la marée islamique fait tache d’huile avec la complicité des « porteurs de valises » de la République. Si l’on commençait par traiter l’islam pour ce qu’il est réellement, c’est-à-dire, objectivement, une organisation politique infra-civilisationnelle de soumission, d’aliénation de la personne, de rabaissement humain, et non une religion, nous y verrions déjà plus clair. La violence implicite ou explicite contenue dans le Coran, le Livre « saint » des musulmans, est le marqueur criminogène fondamental de l’islam.

Toute prétendue religion qui confond ordre temporel et intemporel ne peut être définie comme une « religion ».

L’islam n’est pas une religion.

L’Islam est une organisation politico-terroriste et pas autre chose.

  • Quand il est en sommeil, il est politique, c’est la charia.
  • Quand il est en éveil, il est terroriste, c’est le jihad autrement dit la guerre « sainte ».

L’islam profane le nom de Dieu, le nom du Créateur, et le dévoie en instrument de soumission et de mort.

L’islam appuie son idéologie criminelle sur le Coran dont de nombreux versets intiment ouvertement l’ordre de tuer les « infidèles » qui ne se soumettent pas. Le Coran est le lien fondamental entre politique et charia.

L’islam est du point de vue intellectuel et moral l’équivalent du communisme : rien d’autre qu’eux ne peut exister hors de l’islam et du communisme. (1)

L'islam, comme le communisme a pour but de rabaisser les peuples afin de les soumettre et de les transformer en peuples esclaves.

L’islam, comme le communisme, stérilise l’intelligence et abolit le discernement.

L’islam, comme le communisme, ne peut s’imposer que par la menace et la violence.

L’islam est une « extrapolation idéologique exacerbée » de la Bible hébraïque.

L’islam renvoie les peuples civilisés à la barbarie des siècles de l’Antiquité préchristique.

Reconnaître que l’islam est une religion, c’est entrer dans son jeu, et avoir déjà une attitude de soumission.

Il n’existe qu’une seule religion au monde : la religion de du Christ, divine sagesse.

*

L’effondrement de l’Empire romain en Gaule

« En cette fin du VIème siècle, le catholicisme est debout au milieu du monde romain, en face des passions tumultueuses des Barbares. Parmi ces hommes revenus à la sauvagerie ancestrale, il représente seul la Justice, la Charité, la Civilisation, parce que seul il possède des ministres animés d’une seule passion : le Bien, et d’un seul guide : la Foi, parce que seul il garde les traditions d’ordre, de discipline, d’abnégation, faute desquelles les empires s’écroulent et les nations périssent. »

Extrait anonyme de l’introduction à une édition lointaine des Récits des temps mérovingiens de l’historien Augustin Thierry (1795-1856).

—————————

1. L’existence d’une collusion islamo-marxiste est aujourd’hui un fait clairement établi. Entre orientalismes, on ne peut pas s’ignorer tout à fait. Sauf que l’un est fait pour éliminer l’autre : il n’est pas difficile de deviner lequel prendra le desssus

Ff6 trait1 1