Ff6 4 bandeau2

Élection présidentielle permanente

Sauver la France de quoi ?

Quelques éléments de réponse à ceux qui pourraient m’objecter que la France n’a pas besoin d’être sauvée :

Sauver la France de la dictature républicaine qui a fait de la République abusivement dite « française » une véritable machine à produire les pires ennemis intérieurs que la France ait connue de toute son histoire, acharnés à détruire leur propre pays — lequel, en passant, est tout autant le mien que le leur, et même plus le mien que le leur en raison de leur attitude autodestructrice — destruction sauvage d’un pays sans même être en guerre avec un autre pays ennemi.

Sauver la France de l’impéritie vertigineuse de politiciens veules, lâches, médiocres, corrompus, dépravés, malfaisants, dépourvus de colonne vertébrale, de consistance morale et intellectuelle, donnant le plus souvent l’image de vendus, de traîtres, de renégats, et en plus dotés proportionnellement à leur incurie stratosphérique d’un viatique quotidien plus que largement surestimé et de pouvoirs de satrapes exorbitants.

Sauver la France des idéologies mortifères qui ont fait tant de mal à notre pays et à notre peuple, la fameuse triplette communisme, socialisme, libéralisme, le trépied républicain, idéologies qui ne sont opposées qu’en apparence, et n’existent que pour diviser les Français et les faire battre entre eux : « diviser et opposer pour régner », la vraie devise de la République dite française.

Sauver la France de l’emprise des oligarchies affairistes mondialisées et de la soumission de la République aux innombrables entités supranationales politico-bancaires et autres ONG sans frontières non légitimées qui influencent le monde, généralement issues de la suprématie insupportable darrogance du monde anglo-saxon : Union Européenne, ONU, Otan, FMI, Banque Mondiale, OMC, BCE, BRI, etc.; mais aussi des entités privées comme la Trilatérale, le Bilderberg group, le Forum de Davos, Soros, ainsi que des cabinets de conseils tendant à se susbtituer à l’État Français et à travailler pour leur compte : Mac Kinsey, BlackRock, KPMG, Boston consulting Goup, Accenture (ex-Andersen Consulting), Deloitte, etc., sans compter certains prestatires français comme Cap Gemini... On se demande à quoi servent les 48 000 haut fonctionnaires français pour 6 millions de fonctionnaires qui sont censés administrer (très mal) l’État français !

Sauver la France de l’État français détourné de ses fonctions régaliennes dans le seul but d’entretenir une masse énormissime de profiteurs et autres parasites sociaux, pillards de fonds publics grassement subven­tion­nés ou abusivement fonctionnarisés, au seul titre d’un système public prébendier qui ruine le pays, et paralyse la partie la plus dynamique, la plus acive, la plus créative, du peuple français.

Sauver la France de la dette publique et de la surfinanciarisation des déficits publics par l’usage illimité de l’emprunt permanent sur les marchés financiers privés, et l’utilisation en continu de la planche à billets (quantitative easing ou assouplissement quantitatif pour parler pudiquement), mais aussi sauver la France de la monstrueuse gabegie budgétaire de l’État et des collectivités publiques.

Sauver la France de l’École publique et de l’enseignement supérieur, véritables entreprises de bourrage de crâne, de perversion intellectuelle et morale, de fabrication d’anomie sociale et identitaire, détournées de leur vocation initiale consistant à transmettre le savoir, en machine à distiller le mensonge au profit de l’endoctrinement idéologique. À seule fin de contrôler les esprits et de les préparer à se soumettre au totalitarisme républicain.

Sauver la France des lois génocidaires ou du prosélytisme actif qui menacent la population dans sa santé morale, mentale, physique, dont la bioéthique, l’avortement et l’ensemble des déviances sociétales : vagabondage sexuel, mariage homo, genrisme LGBT, PMA, GPA, racisme tribal anti-blanc, etc., que résume aujourd’hui le vocable anglophone « woke » ou gauchisme absolu, tentative désespérée d’un retour au paganisme antique et au manichéisme comme mode de pensée primaire en substitution à l’effondrement des idéologies républicaines.

Sauver la France des nombreuses lois scélérates qui imposent une réduction drastique voire dramatique de la liberté d’expression au profit de la dictature du politiquement correct et de la pensée totalitaire unique imposés par le système républicain, mais aussi les nombreuses atteintes aux libertés publiques, dont le fichage, le marquage de plus en plus intrusif des individus signalés politiquement incorrects, déplaisant au régime.

Sauver la France de l’accaparement total et de la mise sous cloche financière de la presse d’information générale dite mainstream (nationale, régionale, tous types de supports confondus) entièrement tombée sous l’emprise et le contrôle du club des milliardaires ou des oligarchies industrialo-financières internationales. Presse verticale largement soutenue financièrement et subventionnée par l’État, mais aussi largement contrebattue et mise en difficulté par la presse horizontale dite réinfosphère.  

Sauver la France de la financiarisation de l’économie tendant à se substituer à la désindustrialisation massive que subit le pays, à la perte continue de ses entreprises et de ses savoirs faire au profit des grandes puissances politico-bancaires apatrides qui prétendent gouverner le monde, asservir les peuples et les plier à leur volonté de domination.

Sauver la France de l’envahissement submersif de populations étrangères migratoires dans le but unique de remplacer le peuple français autochtone historique et légitime (Grand Remplacement, acté par le Président Macron sous le nom de nouveau peuplement), puis de mettre au placard les Français de souche et la civilisation française, au profit d’un communautarisme ethnoculturel tribal dissolvant et du métissage généralisé.

Sauver la France de la « Justice » républicaine massivement pervertie par les idéologies de gauche dont le fonctionnement et l’organisation ne va pas sans rappeler le tribunal révolutionnaire condamnant à la guillotine (la mort immédiate) tout opposant à la République ; de nos jours, il s’agit de condamner à la mort sociale (pour l’instant) ceux qui ne pense pas correctement — en attendant probablement de décréter leur mort physique selon l’ancêtre et modèle affectionné des juges rouges, le sinistre exécuteur public Fouquier-Tinville.

Sauver la France des violentes attaques répétées que subit l’Église catholique, religion du Christ fondatrice de la France, par la multiplication des agressions contre les religieux, les fidèles, par la profanation des lieux de culte et des cimetières, les déprédations ou destructions d’églises, mais aussi à travers tous les symboles religieux du christianisme hérités de siècles de civilisation, au profit de la nouvelle barbarie moderne fondée sur le matérialisme consumériste et la jouissance hédoniste des biens de ce monde, sans limitations.

Sauver la France de la destruction de la paysannerie française familiale de type polyculture-élevage, héritière de siècles d’expérience, au profit de l’industrialisation massive de l’agriculture intensive imposée sur le modèle productiviste américain, polluant, mutilant, la terre et l’environnement, au mépris des lois les plus élémentaires de la nature, de la santé humaine et animale, mais aussi au profit de la transformation industrialisée des denrées de base et des produits de première nécessité.

Sauver la France de la désertification des campagnes et des territoires, de l’extension anarchique des zones péri-urbaines, de la bétonisation et bitumisation des espaces naturels protégés ou non (artificialisation), ainsi que la transformation des espaces ruraux détournés au profit d’un tourisme de masse envahissant, et des anciens corps de fermes paysans transformés en résidences de villégiature au le seul profit des intérêts de la haute spéculation financière.

Sauver la France de l’avachissement intellectuel, culturel et moral, symptôme manifeste de l’effondrement d’une société droguée de sa médiocrité — droguée, alcoolisée, pervertie tout court — qui a perdu tous ses repères civilisationnels pour les troquer contre le seul repère identitaire qui rattache l’individu « moderne » et ses pareils à la vie : son numéro de compte en banque ; en attendant probablement le numéro matricule qu’imposera le Nouvel Ordre Mondial aux peuples soumis, avachis, pleutrifiés, rendus trouillards, avant de les réduire à l’État de larves inassouvissables à figures humaines, et de les esclavagiser définitivement : Big Brother comme si on y était !

Sauver la France du désastre culturel français, toutes productions artistiques confondues — sauf exceptions, aucune n’y échappant — littérature, cinéma, musique, peinture, sculpture, on peut même y ajouter l’architecture et l’urbanisme : une véritable plongée dans les profondeurs abyssales de la médiocrité, où la vulgarité qui vise à choquer semble tenir lieu de talent ; où l’expression dite « artistique » remonte rarement au-dessus de la ceinture jusqu’à atteindre le cerveau tant elle stagne au niveau des bas instincts qui tiennent lieu d’inspiration, se satisfaisant de l’image provocatrice et du dégoût qu’elle répand, d’autant que ces « œuvres » sont le plus souvent abondamment subventionnées par l’État et les collectivités locales... avec l’argent du contribuable, s’entend.

Image trait3 1